La Sainte-Alliance des peuples face à une résistance nationale.Circulation et diffusion d’idées fraternelles et cosmopolites durant le Trienio liberal

Laurent Nagy

Resumen


Les premiers moments du Trienio Liberal (1820-1823) représentent un véritable laboratoire d’expériences pour tenter de rallier une partie de la nation espagnole à une idée supranationale et fraternelle. Hostile non seulement aux atteintes portées aux prérogatives royales, mais encore, à partir du printemps 1821, à la présence dans la Péninsule ibérique d’un grand nombre de réfugiés politiques (Français, Napolitains, Piémontais, Polonais…), le peuple espagnol se constitue en îlot de résistance face à l’élan libéral. Ayant supporté une occupation militaire d’une rare violence peu de temps auparavant, beaucoup d’Espagnols ne voient dans ces proscrits que le retour de leurs anciens ennemis. Cette incompréhension oblige la diaspora européenne à se transformer en propagandistes de la Liberté.
Alors que l’intense circulation des hommes politisés en cette période postrévolutionnaire est de mieux en mieux étudiée, il convient de saisir ici, par quelques aspects précis, les forces inertielles misent en application par cette communauté cosmopolite afin de transmettre à une nation réfractaire leurs principes de modernité politique.
Fecha de envío / Submission Date: 20/12/2015
Fecha de aceptación / Acceptance Date: 18/02/2016


Palabras clave


Trienio liberal, fraternités politiques, Sainte-Alliance des Peuples, propagande libérale.

Texto completo:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.17811/hc.v0i17.459

2008. Todos los derechos reservados al Seminario Martinez Marina.Condiciones de UsoPrivacidad